Making Of …

La production des cartes ECO Power pour les premiers utilisateurs et le salon MakerFaire à Hanovre

La liste des composants est exportée du programme de circuits imprimés « Eagle » et comparée à la base de données des composants dans un logiciel spécial développé par le propriétaire de la machine de placement automatique et transféré sur la machine. Le montage avec la machine est précis et rapide.



La première charge des cartes assemblées va dans le four de refusion pour le brasage

Un adaptateur de test auto-construit permet de tester rapidement toutes les connexions de la carte ECO Power et de s’assurer ainsi que toutes les broches GPIO ainsi que les connexions analogiques fonctionnent rapidement. En outre, la liaison radio LoRa est également à l’essai. Le Raspberry Pi modifié en arrière-plan sert de programmeur pour l’installation de divers programmes de test

Les soudures CMS fines sont contrôlées au stéréomicroscope et, si nécessaire, corrigées

Un bloc d’alimentation de laboratoire est utilisé pour vérifier si la carte fonctionne correctement via une alimentation USB et une batterie et si la consommation électrique est stable dans la plage autorisée. La commutation automatique de l’alimentation de la batterie à l’USB et inversement est également testée

La tension de référence CAN est mesurée par carte et stockée en permanence sur la carte. Ceci garantit que la mesure de la tension de la batterie et les applications CAN sur le site du client fournissent des résultats précis. La figure montre que ce module ESP32 a une tension de référence CAN de 1,074 volts au lieu de 1,100 volts. Cependant, grâce à l’étalonnage, les mesures CAN chez le client sont précises

L’heure précise est obtenue en mesurant et en calibrant l’oscillateur de l’horloge (RTC) à compensation thermique. L’étalonnage s’effectue à l’aide d’une référence de fréquence de 10 MHz basée sur une horloge atomique via un compteur de fréquence. Le calibrage nécessaire est stocké en permanence dans la carte et fournit un temps très précis au fil des ans

En mode « Node Offline » de RadioShuttle, qui utilise l’ESP32 « deepsleep », la solution complète avec le capteur fourni ne nécessite que 7 µA en fonctionnement sur batterie. Bien sûr, nous allons vérifier cela très attentivement

Une dernière visite indépendante et l’installation du logiciel RadioShuttle. PS : Chaque paire de numéros d’appareils pairs/impairs (par ex. ⁥ 805/806) est programmée comme un nœud et comme une station (serveur). Ainsi, l’envoi et la réception de messages peuvent être testés immédiatement – sans installation de logiciel. Batteries en place et c’est parti !

Pour le premier chargement des cartes, nous avons créé des supports de composants avec un découpeur laser, afin que les planches aient une base solide. Voici un tel exemple …

Les porte-composants sont géniaux ! Malheureusement, le laser a besoin d’une heure par passage, puis d’une autre bonne heure pour le collage. Dans la phase initiale, nous incluons les porte-composants – les utilisateurs seront surpris !

Sans oublier : le développement matériel et logiciel complet ainsi que la production sont « Made in Germany » (Hanovre). Les cartes RadioShuttle Arduino (LongRa et ECO Power) ont été développées par Arduino Hannover du groupe LoRa. Nous vous souhaitons beaucoup de succès avec l’ESP32 ECO Power avec carte LoRa.